home @


Objectifs

A - L’objectif central de CECILLE au cours du contrat 2010-2013, est de devenir le grand pôle de recherche en langues et interculturalité au nord de Paris. L’équipe dispose déjà, pour ce faire, d’atouts considérables, dont le moindre n’est pas l’excellence de la recherche individuelle, attestée par les publications des quatre dernières années, le dynamisme de certains axes, qui s’illustrent régulièrement par l’organisation de manifestations de prestige et la formalisation de partenariats nationaux et internationaux. L’objectif d’excellence sera naturellement maintenu et s’accompagnera d’actions visant à renforcer le rayonnement et l’attractivité du laboratoire en tant qu’équipe constituée, tant au niveau national qu’international. Les partenariats scientifiques et culturels existants seront maintenus et tout sera fait pour les étendre ou en créer de nouveaux. Au niveau local et régional, l’équipe s’impliquera plus avant dans les programmes de la MESHS (un programme de l’équipe est actuellement soutenu par la MESHS) et les programmes transfrontaliers. Les jeunes chercheurs seront appelés à répondre aux appels d’offre ANR (un projet ANR est aujourd’hui rattachée à CECILLE). Un dispositif d’auto-évaluation annuelle sera par ailleurs mis en place afin de faire le point régulièrement sur l’état de la recherche au sein de CECILLE dans tous ses aspects (entre autres, séminaires de formation à la recherche, manifestations nationales et internationales, publications, partenariats scientifiques nationaux et internationaux, partenariats culturels, thèses soutenues).

B - Les atouts actuels de CECILLE devront servir de base pour dépasser les difficultés qu’elle a rencontrées depuis sa création et en particulier pour permettre au laboratoire de construire une réelle dynamique d’équipe. Certes, une meilleure cohésion existe aujourd’hui qu’hier ; de même certaines sous-équipes ont accompli un travail collectif remarquable, ainsi l’axe « Lieux et figures de la barbarie » du contrat 2006-2010, qui a réussi le pari de la transversalité, de l’excellence et de l’ouverture à l’international.

Toutefois, si l’on excepte cet axe et un ou deux autres (« Voix et voies de femmes », notamment), la grande difficulté à surmonter lors du prochain contrat sera l’absence de cohésion du laboratoire dans sa dimension transversale. Un objectif prioritaire de l’équipe de direction sera de proposer une politique d’animation qui permette d’insuffler progressivement une vie et une dynamique propre au groupe. Nous reviendrons tout d’abord sur les causes du problème, puisque ce sont elles qui ont présidé à l’élaboration d’une nouvelle stratégie :

● L’existence de sous-équipes disciplinaires traditionnellement performantes, qui ont poursuivi leur travail et maintenu leur dynamique propre fondée sur leurs réseaux nationaux et internationaux. Les études irlandaises en sont un très bon exemple : transversales dans leurs postulats scientifiques mêmes (elles rassemblent des chercheurs issus de tous les domaines des sciences humaines), elles n’ont que marginalement travaillé dans une perspective différemment interdisciplinaire, tout en restant un domaine d’excellence de CECILLE (l’équipe a obtenu un PPF et pilote l’ensemble du réseau national de recherche en études irlandaises). Ce faisant elles illustrent les fortes résistances initiales à un modèle imposé de transversalité interculturelle totale qui supposait la négation d’un modèle réussi, et une évolution brutale des mentalités.

● Diverses difficultés ont été, par ailleurs, liées au mode de gouvernance et à l’absence d’une dynamique d’équipe au sein même de la direction. De même peut-on parler d’une forme de déficit démocratique. Les membres de l’équipe ont été trop peu souvent réunis et associés aux décisions.

● Notons ensuite l’absence d’un espace structuré identifiable à l’équipe CECILLE. Une salle de réunion/salle de séminaire équipée d’ordinateurs existe, mais les habitudes anciennes ont subsisté, notamment celles qui font primer le pédagogique sur la recherche dans la définition d’appartenance. CECILLE rassemble actuellement les enseignants-chercheurs de trois UFR dispersées sur le campus de Villeneuve d’Ascq et une implantée à Roubaix. L’impression globale est donc celle d’un éclatement et la salle de réunion n’a pas été investie d’un sens d’appartenance fort.

● Qu’il nous suffise de terminer en mentionnant une politique de communication très insuffisante à l’interne comme en direction de nos partenaires de l’université.

A ces problèmes, l’équipe de direction propose de remédier de la manière suivante :

● Développer la transversalité tout en respectant les impératifs de la recherche de spécialité. Il est dans l’intérêt de tous d’admettre des approches qui ne peuvent être que complémentaires. Le projet pour le prochain contrat prévoit ainsi d’appliquer le modèle réussi de l’axe « Lieux et figures de la barbarie » évoqué plus haut à l’ensemble de l’équipe, en articulant toutes les problématiques autour des pistes définies par ses participants à l’issue de trois années de travail commun. La spécialisation est toutefois également encouragée dans ce cadre, selon un schéma qui soutient à la fois le travail interdisciplinaire et la recherche pointue de spécialité.

● Pour répondre aux problèmes de gouvernance, une nouvelle équipe de direction a récemment été élue sur la base d’un programme commun. Il s’agit de personnes d’expérience, associées à des axes réussis, issues de différents domaines scientifiques et représentant des aires culturelles diverses. L’élection prochaine d’un nouveau directeur devrait compléter une nouvelle configuration plus dynamique.

● Cette équipe propose de restructurer l’espace et, moyennant des aménagements minimes, de créer les conditions d’un accueil convivial au sein de CECILLE. On peut ainsi prévoir, que le directeur et le directeur adjoint, voire les membres du bureau et les pilotes d’axe, disposent de bureaux à proximité de la salle de réunion/salle de séminaire, ce qui n’est pas le cas actuellement. Il conviendra alors de promouvoir une politique d’animation qui stimule le travail commun. Des projets de séminaires figurent dans le programme scientifique : ils seront encouragés par tous les moyens. Deux types de séminaires seront mis en place ou développés : les séminaires de recherche sur les thématiques des axes et des séminaires de type blue sky research. Les séminaires, jusqu’ici organisés au sein des sous-équipes (axes et sous-axes) seront désormais ouverts au niveau de l’ensemble de l’équipe. Des programmes de travail régulier seront par ailleurs établis dans le but d’impulser une dynamique d’équipe et de renforcer la cohésion du laboratoire. De même, des rencontres à géométrie variable (conseils de labo, réunions des participants à un axe ou sous-axe, rencontre inter-axes sur des problématiques communes …) seront organisées en présence de l’équipe de direction pour permettre à tous de se connaître mieux et de se sentir partie prenante du processus décisionnel. Rencontres de tous ordres, débats, discussions seront prévus dès cette année et poursuivis dans la période 2010-2013. Les conditions seront également créées pour accueillir régulièrement les doctorants rattachés aux recherches de l’équipe et les chercheurs étrangers qui seraient associés aux travaux du laboratoire. Enfin, les chercheurs seront invités à travailler sur place et à utiliser plus régulièrement les ressources existantes (salle de séminaire, matériel informatique).

● Sera également à l’ordre du jour l’amélioration de la communication dans tous ses aspects, depuis la mise en place d’un site web performant jusqu’à la transmission d’informations de tous ordres sur une base de transparence totale. Le processus est en cours. Il sera parachevé lors du prochain contrat.

C - Le troisième objectif de CECILLE sera de poursuivre et développer sa politique de valorisation de la recherche par la publication, en particulier en utilisant au mieux les organes de publication et de diffusion propres à l’université, ou liés à elle. CECILLE s’inscrit d’ores et déjà pleinement dans la politique de l’Université en matière de valorisation de la recherche par la publication à trois niveaux :

● Aide à la publication d’ouvrages chez des éditeurs extérieurs et universitaires dont les Presses Universitaires du Septentrion, dans lesquelles l’Université est partie prenante.

● Publication de contributions dans des revues en général, mais plus particulièrement en ligne, y compris celles de Lille 3, ou dans des revues papier liées à Lille 3 (Germanica, Etudes irlandaises, Allemagne d’aujourd’hui, etc.).

● Publication en ligne sous forme d’archives afin de garantir qu’il reste des traces accessibles à tous des journées d’étude, colloques et autres manifestations scientifiques organisées par CECILLE.

D - La dernière priorité de CECILLE au cours du contrat 2010-2013 sera de développer sa politique de formation et d’intégration des jeunes chercheurs. Celle-ci est à l’heure actuelle fragmentaire et ne répond pas à des objectifs communs cohérents. Elle n’est pas non plus clairement articulée avec les programmes de l’Ecole doctorale. La stratégie de l’équipe en matière de formation des jeunes chercheurs prendra la forme suivante :

● Il conviendra en premier lieu d’étendre, là où c’est possible, les modèles internes à l’équipe qui ont prouvé leur efficacité. Ainsi la formation doctorale en études irlandaises pourra-t-elle servir de canevas à appliquer à d’autres spécialités ou axes transversaux. Ses caractéristiques sont les suivantes : adossement de l’enseignement à la recherche, intégration précoce (master) des jeunes chercheurs aux travaux de l’équipe, définition de priorités de recherche (niveau doctorat) en accord avec les problématiques de la sous-équipe, internationalisation de la formation doctorale par le biais de partenariats avec des universités étrangères.

● Il faudra également, en collaboration avec l’Ecole doctorale s’intégrer dans le schéma de formation doctoral du PRES Lille – Nord de France ainsi qu’au réseau doctoral transfrontalier en cours d’élaboration. CECILLE proposera que ses étudiants bénéficient d’une double formation validée par un système d’ECTS, une partie étant assurée par l’Ecole doctorale et l’autre par le laboratoire. Au sein du labo, les étudiants seront appelés à participer tout d’abord à la vie de leur axe/sous-équipe en assistant/participant aux séminaires de spécialité, colloques et autres journées d’étude. Ils seront, par ailleurs, tenus de participer à un séminaire transversal adossé aux problématiques centrales de l’équipe (voir projet scientifique). Ils seront encouragés à présenter des communications et publier des articles, afin d’appliquer pleinement la charte élaborée par l’Ecole doctorale.

● L’équipe compte participer au recrutement d’étudiants et jeunes chercheurs étrangers du master ALLC mention Langues. Un projet de master Mundus est en cours adossé à l’axe central de recherche de CECILLE et il est envisagé sur la base des partenariats existants avec plusieurs universités étrangères (par ex. Cardiff, Gand, Louvain).

● Il ‘agira aussi d’organiser à l’échelle régionale (et dans le cadre des structures existantes : PRES, MESHS du Nord-Pas-de-Calais) des formations communes avec d’autres établissements, tels les unités de recherche de Sciences de la Terre -Géographie- et Sciences Sociales (Lille 1), l’IEP de Lille (Lille 2) et l’Ecole Supérieure de Commerce de Lille.

● Il faudra ensuite définir plus précisément les liens entre formation à la recherche, contenu des enseignements et thématiques de recherche. A cette fin, un membre du bureau participera aux discussions des équipes de formation master mentions LCI, LEA et TSM afin de faire valoir ses principes et ambitions. Certains séminaires de doctorants seront d’ailleurs ouverts aux étudiants de Master 2.

● Enfin, l’équipe envisage de s’impliquer pleinement dans la politique de formation par la recherche défendue par l’Ecole doctorale. Elle fera de l’insertion professionnelle des jeunes docteurs une de ses préoccupations constantes.