home @


Colloque Inégalité(s) hommes-femmes et utopie(s) (Antiquité-XXIe siècle)

« Inégalité(s) hommes-femmes et utopie(s) (Antiquité-XXIe siècle) »

Colloque international et pluridisciplinaire

Université Charles de Gaulle – Lille 3

18 - 20 juin 2015

« Voix et voies de femmes : Études sur les femmes, le sexe et le genre » (EA CÉCILLE 4074)

UMR Savoir Textes Langage (STL, UMR 8063)

« la seule manière de sortir du cercle dans lequel l’idéologie nous entraîne c’est d’assumer une utopie, de la déclarer et de juger l’idéologie de ce point de vue » (Paul Ricœur, L’Idéologie et l’utopie [1997]).

« What future is there for a female child who aspires to being Humphrey Bogart ? » (Donna Haraway citant The Female Man (1975) de Joanna Russ, in Modest_Witness@Second_Millenium. Female Femaleman©_Meets_Oncomouse™”, Feminism and Technoscience (1997). 

Comment les utopies – littéraires et/ou com-mu-nau-taires (imaginées par des hommes comme par des femmes) – représentent-elles, augmentent-elles ou résolvent-elles l’/les inégalité(s) entre les hommes et les femmes ? Telle sera la problématique de cette manifestation.

« Utopie » est un terme (ou-topos [sans lieu]) forgé par Thomas More pour désigner la cité ima-gi-nai-re dans le récit de voyage vers un lieu fictif, De optimo reipublicae statu, deque insula Utopia (1516). Dans l’en-tête de l’édition de Bâle (1518), Thomas More utilise le terme d’Eutopia pour dé-si-gner le lieu imaginaire qu’il a créé. Cet autre néologisme ne repose plus sur la négation ou mais sur le préfixe eu qui signifie bon. Eutopie signifie donc « le lieu du Bon », donc, ici, une société idéale.

Plus d’information : cf. appel à contribution ci-dessous