home @


JE L’Argentine depuis la crise de 2001 : réflexions croisées

Journée d’études organisée dans le cadre de l’axe "crises, créations, renaissances

L’Argentine depuis la crise de 2001 : réflexions croisées

Mercredi 19 mars 2014 Université Lille 3, Campus de V. d’Ascq, Bât. F - Salle F1.07 - Entrée libre

Responsable scientifique : michele.guillemont-estela@univ-lille3.fr

Avec la contribution exceptionnelle des auteurs argentins Luis CHITARRONI, Fernanda GARCÍA LAO, Horacio GONZÁLEZ, REP et Guillermo SACCOMANNO

Entrée libre

Au terme de l’application à la lettre des mesures dictées par le FMI dans les années 90, l’Argentine explose en décembre 2001. La crise sociale et politique que traverse alors ce pays est d’une ampleur inouïe, et les images de chaos diffusées à l’époque marquent profondément les esprits. Depuis 2007, elle est régulièrement évoquée en Europe, avec des motivations très diverses, comme un scénario catastrophe possible. Depuis l’élection à la présidence de Néstor Kirchner de 2003, et jusqu’à aujourd’hui, où Cristina Fernández de Kirchner exerce son deuxième mandat présidentiel, l’Argentine a considérablement changé. L’endettement en dollars est passé de 92 % du produit intérieur brut en 2001 à 8,4 % en 2012, le taux de chômage de 20% à moins de 7 % (avec un sous-emploi à 8,7%, et un taux encore important d’emplois non déclarés), l’indigence, la pauvreté et le travail des enfants ont reculé drastiquement tandis que le taux de scolarisation augmentait très fortement, les budgets alloués à l’éducation supérieure et à la recherche représentent plus de 6% du PBI. Malgré les nombreuses « crises » qui agitent régulièrement ce pays - lockout des producteurs agraires, grèves et manifestations policières, populations excédées par les problèmes d’approvisionnement énergétique, etc. -, le bilan reste celui d’une franche récupération par rapport au « chaos » d’il y a dix ans. Lors de la rencontre que nous organisons à Lille III le 19 mars 2013, le débat que nous poserons sur l’Argentine actuelle est, bien évidemment, politique. Mais nous l’aborderons à partir de la perspective culturelle. Qu’est-ce qui a changé dans la culture collective argentine depuis la crise de 2002 ? Quelles ruptures se sont produites ? Quelles continuités sont remarquables par rapport aux années néolibérales ? Quelles formes nouvelles sont apparues ? Quels défis s’imposent désormais ? Dans quelle mesure l’Etat, en reconstruction, intervient, par rapport au secteur privé, dans l’élan des arts argentins, connus et reconnus dans nombre de domaines ? En quelques mots : quel a été, quel est le rôle de la culture face à « la crise » et dans le dépassement de celle-ci ? Ces questions, nous les poserons à quelques intellectuels et créateurs argentins, présents en France à l’occasion de leur invitation au Salon du livre à Paris où leur pays est à l’honneur cette année. Au-delà de la diversité de leurs itinéraires, de leurs oeuvres, de leurs activités et de leurs engagements, ils portent tous une inquiétude aiguë de l’histoire et de l’actualité de leur pays.

Image de l’affiche mise gracieusement à disposition par l’artiste Rep, conception graphique C. Fricq