home @


Séminaire Lille-Gand : QUESTIONS DE RÉCEPTION / ILES MYTHIQUES, ILES REELLES, FORMES D’INSULARITE MULTIPLE

Séminaire Lille-Gand :

QUESTIONS DE RÉCEPTION

Gent : Vendredi 20 novembre 2015 de 10h à 15h, Université de Gand

Organisateurs : Gunnar de Boel (Université de Gand) et Constantin Bobas (Université Sciences humaines et Sociales – Lille 3)

Programme : cf doc joint

ILES MYTHIQUES, ILES RÉELLES, FORMES D’INSULARITÉ MULTIPLE

Lille 3 : Vendredi 27 novembre 2015 de 10h30 à 17h, Université Lille 3, Bât B, Salle Denizot (B0.553)

La notion de l’île et celle, plus abstraite, d’isolation, est d’une importance capitale pour la littérature, dans le sens qu’elle sert à délimiter une individualité, que ce soit une terre ou un individu, dans ce qui la sépare de la collectivité. A partir d’Ogygie, les îles jouent un rôle important dans les récits antiques comme lieu où les hommes sont confrontés à eux-mêmes. De la même façon, le héros du roman est depuis le début du genre un individu qui affronte, tout seul, sa destinée personnelle. Cette notion permet donc le repli sur ce qui est essentiel dans une aventure existentielle. Mais, toutes les îles, tous les lieux isolés ne se présentent pas et ne fonctionnent pas de la même manière, il y a ceux qui sont liés à une histoire, une société, un effort humain, et ceux qui ne le sont pas. C’est comme si nous parlions, en termes géographiques, des îles continentales et des îles océaniques. Les premières ont été séparées du continent suite à un séisme ou à un autre événement naturel, les secondes sont nées en émergeant directement au milieu de l’océan. Un acte de séparation pour les îles continentales, un acte de création ou de re-création pour les îles océaniques qui déterminent leur nature au travers d’un mouvement bien précis. Inscrire cette double définition des îles dans un contexte culturel nous montrerait que la séparation qui correspond plutôt à l’isolement se développe en prenant comme base des structures déjà existantes, d’autre part, il est possible de tout commencer ou recommencer à zéro, construire un nouveau monde, former un autre environnement. L’objectif de ces rencontres interdisciplinaires serait d’examiner certains attributs de l’insularité territoriale ou humaine dans son cheminement à partir de l’Antiquité gréco-romaine jusqu’à son fonctionnement à l’époque moderne et contemporaine en tant qu’élément qui tantôt s’inscrit dans une tradition, tantôt conduit à une rupture.

Organisateurs : Constantin Bobas (Université Sciences humaines et Sociales – Lille 3) et Gunnar de Boel (Université de Gand)

Programme : cf doc joint