home @


NUEVAS INQUISICIONES BORGIANAS

Sous la direction de Eduardo Ramos-Izquierdo et Paul-Henri Giraud

Publication électronique SAL, Hors série 4

Éditeur : Université Paris-Sorbonne

ISSN : 2264-2943

Page : 49

NUEVAS INQUISICIONES BORGIANAS

Présentation

Ce volume reproduit les communications présentées lors des Journées d’Etude sur l’œuvre de Borges organisées par Paul-Henri Giraud et moi-même à l’Université Paris-Sorbonne et à l’Université Lille 3 en février 2015. Si le premier objectif de ces journées était de contribuer à la préparation des étudiants d’Agrégation sur les deux œuvres de Borges au programme avec la participation de collègues borgésiens, nous avons également invité des chercheurs chevronnés qui ont proposé des points de vue pertinents et pluriels.

Après chaque communication de la journée, mon collègue et moi avons tenu à établir le dialogue entre les intervenants et le public afin de mieux pouvoir analyser et expliciter certains aspects évoqués, voire parfois permettre une autre lecture et donner d’autres interprétations.

Ainsi nous présentons ce volume de nouvelles inquisitions, terme cher à Borges, sur son œuvre.

Le premier article analyse avec pertinence dans cette œuvre de jeunesse borgésienne ¾ marquée par son séjour en Suisse et en Espagne, et la connaissance de Cansinos Assens et de Gómez de la Serna ¾ les rapports entre le nativisme et le cosmopolitisme. L’article suivant propose la richesse d’une lecture uruguayenne et inventive de “Funes el memorioso” où sont examinées trois pistes : la présence de l’œuvre de Poe, le concept d’acriollamiento et l’idée de magie.

Les deux derniers articles concernent le recueil hybride (vers-prose) de El hacedor. Le premier analyse avec lucidité dans plusieurs textes de ce recueil, sorte de miroir discursif de l’auteur, la figure de l’hacedor Borges et la pluralité et les nuances de son je poétique. Dans le suivant, à partir de l’étude du sujet de l’adieu dans le poème « Delia Elena San Marco », nous avons une approche comparée de Borges et de Derrida sur l’expérience de la lecture et de l’écriture.

À la fin du volume on trouve une bibliographie classée qui réunit toutes les publications citées dans les articles.

Tous mes remerciements vont à mon collègue et complice Paul-Henri Giraud pour sa relecture patiente et minutieuse du volume. Je remercie également deux jeunes borgésiens : Gerardo Centenera et Charles-Edouard Machet, qui ont activement contribué à la réalisation de la maquette, à celle de la couverture, à la mise en page et à l’organisation de la bibliographie.

Page de l’éditeur