home @


Manifestations antérieures

  • 28-31 mars 1996 : colloque international et pluridisciplinaire sur le thème de "L’Éducation des femmes en Europe et en Amérique du Nord, de la Renaissance à 1848 : Réa¬li¬tés et représentations" (Lille 3). Y avaient communiqué 42 universitaires (31 Français et 11 étran¬gers).

Publications : i) L’Éducation des femmes en Europe et en Amérique du Nord, de la Renaissance à 1848 : Réalités et repré¬sen¬tations. Éd. Guyonne Leduc. Paris : L’Harmattan, "Des idées et des femmes", 1997. 525 pp. ii) Traduction en italien (avec le concours du CNL) : L’educazione delle donne en Europa e in America del Nord dal Rinascimento al 1848 : Realtà e rap¬pre¬sen¬tazioni. Collana "Logiche Sociali." Torino : L’Har¬mat¬tan Italia, 2001. 511 pp.

  • 13-14 juin 2003 : colloque international et pluridisciplinaire sur le thème : "Nouvelles sources et nouvel¬les méthodologies dans les étu¬des sur les femmes."Publication : Nouvelles Sources et nouvelles méthodologies de recherche dans les études sur les femmes. Préface de Michelle Perrot. Éd. Guyonne Leduc. Paris : L’Harmattan, "Des idées et des femmes," 2004. 355 pp.
  • 16-18 juin 2005 : colloque international et pluridisciplinaire : "Travestissement féminin et liberté(s).".

Publication : Travestissement féminin et liberté(s). Préface Christine Bard. Éd. G. Leduc. Paris : L’Harmat¬tan, "Des idées et des femmes," 2006. 439 pp.

Question d’anthropologie relevant de l’histoire des mentalités (Marc Bloch, Peter Burke, Jean-Louis Flandrin, Peter Laslett, Lawrence Stone…) et se situant au confluent de l’histoire événementielle et de la littérature. Tout à la fois connexe de la perception du moi et de l’autre, de l’identité sexuelle ("gender") et de la construction de la féminité dans la société patriarcale, il pose la question de l’"interaction entre ’réalité’ sociale et littérature (ou mythe)" (voir Peter Burke dans Rudolf M. Dekker et Lotte C. van de Pol, The Tradition of Female Transvestism in Early Modern Europe [London : Macmillan, 1989] xii). L’examen du travestissement féminin revêt, depuis une dizaine d’années, une importance croissante dans l’étude de la construction de la notion de différentiation sexuelle, de la féminité, de la création de la conscience préféministe.

Les pistes suivantes furent exploitées : i) Travestissement et interdiction divine ii) Travestissement et théâtralité iii) Jeu sur la (dé)construction des genres et sur l’identité sexuelle iv) Travestissement narratif, ventriloquisme v) Travestissement comme "métaphore dans la littérature moderne" (voir Susan Gubar, "Bless¬ings in Disguise : Cross-Dressing as Re-Dressing for Female Modernists," The Massachusetts Review 22.3 (1981] : 477-508).

  • 14-16 juin 2007 : colloque international et pluridisciplinaire : "Réalité et représentations des Amazones".

Publication : Réalité et représentations des Amazones. Préface de Sylvie Steinberg. Ed. G. Leduc. Paris : L’Harmat¬tan, "Des idées et des femmes", 2008. 486 pp.

Ce colloque "Réalité et représentations des Amazones (sens propres et figurés)" dans les domaines ethnographique, historique, sociologique, littéraire et artistique était inscrit dans l’axe "Construction des rapports sociaux de sexe" de la MSH du Nord - Pas-de-Calais - Institut Érasme. En amont, ce projet s’inscrit dans la lignée des travaux entamés par "Voix et voies de femmes" sur le travestissement féminin qui implique, lui aussi, un questionnement des frontières entre les deux sexes ainsi que celui de la construction d’une identité sexuelle par rapport à l’autre et des rapports entre les sexes.

L’image des Amazones ("a-mazos" – "privée de mamelle") est, depuis près de trois mille ans, façonnée par les hommes et non par des femmes. Ces femmes guerrières sont la construction idéologique et historique d’une culture patriarcale qui avait besoin d’ennemis vaincus afin de permettre à ses héros (Thésée, Héraclès, Achille…) d’afficher leur force militaire ou leur virilité et non en vue de glorifier les femmes.

Situé entre une réalité historico-géographique (réminiscence de sociétés matriarcales ?) et la sphère mythico-littéraire (le mythe de l’Amazone est à la fois un récit et une figure), le phénomène amazonien a connu maints avatars, depuis la femme à la sexualité insatiable jusqu’à l’amazone vierge créée, à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, pour répondre aux misogynes et jusqu’à l’émergence contemporaine de l’amazone lesbienne à l’occasion d’une réappropriation féministe de l’image très flexible de l’amazone.

Quelques-unes des pistes exploitées par une approche pluri- et interdisciplinaire : i) Dimension historico-géographique : de la réalité au mythe et à ses significations ii) L’amazone comme incarnation de la barbarie iii) L’amazone comme figure de l’altérité dans les traditions littéraires de la mythologie, de la satire et de l’utopie (gynécocratie, régime politique, modèle de société) iv) L’amazone comme image de "femme forte" ("monde à l’envers," monde sans hommes) v) Confrontation / rapprochement topique entre lettres et armes, domaines masculins vi) Réappropriation contemporaine du mythe par les féministes (Monique Wittig…)

Ce colloque fut complété par deux manifestations :

D’une part, pour introduire ce colloque et ancrer ses travaux dans un cadre historique, une journée d’étude sur "Amazones et déesses guerrières" fut organisée, le 23 juin 2006, à Lille 3, par des antiquisants, avec le soutien de l’UMR HALMA-IPEL (Jacques Boulogne, Didier Devauchelle), pour le programme "Construction des rapports sociaux de sexe" de la MSH du Nord - Pas-de-Calais.

PRÉSENTATION ET PROGRAMME Nature féminine et activité guerrière sont traditionnellement tenues dans nos systèmes de pensée occidentaux pour antinomiques. La figure mythologique des Amazones et les divinités rangées dans la catégorie anthro¬po¬lo¬gique des déesses guerrières constituent, à cet égard, des oxymores qui expriment au plus haut point cette tension. Leurs racines plongent dans les sociétés qui sont à l’origine de notre civilisation. Cette journée d’étude réunit des spécialistes des mondes de l’antiquité afin d’analyser la place et le sens de ces représentations dans les imagi¬nai¬res collectifs d’alors, ainsi que leur fonction sociale et politique (Renseignements : halma@univ-lille3.fr)

9h : Accueil

9h20 : Ouverture

9h30 : Dominique Parayre (Lille 3) : "Les Déesses guerrières en Mésopotamie"

10h15 : Friedhelm Hoffmann (Würzburg-Munich) "Warlike Women in Ancient Egypt"

11h : René Lebrun (UCL) : "Archétypes amazoniens et déesses guerrières dans le monde Hittite

11h45 : Judit Törzsök (Lille 3) : "La Déesse Durga"

12h30 : déjeuner

14h : Jacques Boulogne (Lille 3) : "Sauromates et Amazones. Ethnologie et médecine"

14h45 : Marion Muller (Lille 3) : "Les Amazones dans l’art grec : De l’imaginaire à la représentation"

15h30 : Alain Deremetz (Lille 3) : "Camille, la reine des Volsques"

16h15 : Pause

16h30 : Jacqueline Fabre-Serris (Lille 3) : "Les Amazones chez les mythographes de l’Antiquité classique"

D’autre part, pour compléter ce colloque fut organisée, le 18 juin 2007, une journée d’étude sur "Légendes et figures des amazones : Des textes aux arts" organisée par le "Centre de Recherches en Études Féminines » (EA 354) à Paris 3 (convention signée en 2004 entre ÉCLA et ce Centre lié au PPF Analytique de la différence sexuelle).

"LÉGENDES ET FIGURES DES AMAZONES : DES TEXTES AUX ARTS"

PROGRAMME

9.00-9.30 : Introduction par Mireille Calle-Gruber (Sorbonne Nouvelle - Paris 3) et Guyonne Leduc (Charles de Gaulle - Lille 3)

9.30-10.15 : Adélaïde RUSSO (Louisiana State U, Baton Rouge) : “Carrington et Giovanna”

10.15-11.00 : Hervé SANSON (Paris) : “Figures de l’Amazone dans Héroïnes de Claude Cahun

11.00-11.30 : Pause café

11.30-12.15 : Elsa LAFLAMME (Université de Montréal) : "Fellini chez les Amazones : Du fantasme à l’angoisse"

14.00-14.45 : Vita FORTUNATI (Università degli Studi di Bologna) : "Réinterprétations du mythe des Amazones dans la fresque de Nicolo dell’Abate du Palazzo Poggi à Bologne"

14.45-15.30 : Pascale RISTERUCCI (Paris 8) : "L’Effacement des amazones par le ciné¬ma"

15.30-16.00 : Pause café

16.00-16.45 : Elena MARAMOTTI (Università degli studi di Bologna) : "Portrait d’Ama¬zo¬ne anglaise. La Représentation de la femme au pouvoir dans le portrait et la littérature élisabéthains"

16.45-17.30 : Nadia SETTI (Paris 8) : "Lettres à l’amazone : De Marina Tsvetaeva au ’frère féminin’"

17.30-18.00 : Bilan des travaux